Image default
Voyage & Loisirs

La chasse à l’arc, un mode de chasse en plein essor

Notez cet article

Vous aimez le contact avec la nature ? Alors découvrez la chasse à l’arc, cette activité vous permet de combiner sport et tradition.

Une discipline qui requiert de la patience et de la concentration

La chasse à l’arc est pratiquée depuis l’époque préhistorique. Elle se pratique aujourd’hui à l’affût, en battue, à l’approche, devant soi ou au vol. Tous les gibiers peuvent être chassés à l’arc : cerf, chevreuil, sanglier, lièvre, lapin, rat musqué, oiseaux… Solidement ancrée dans le paysage cynégétique français, cette discipline demande une bonne connaissance des animaux et des territoires. En effet, il faut attendre de se trouver à quelques mètres seulement du gibier avant de pouvoir tirer, ce qui requiert également une grande maîtrise de soi.

Il est à noter qu’une participation à une journée de formation organisée par les fédérations départementales est indispensable pour pouvoir chasser à l’arc. Il est aussi recommandé de contacter une association ou la Fédération française des chasseurs à l’arc pour se familiariser avec la réglementation en vigueur. Un permis de chasse, qui doit être validé tous les ans, est aussi obligatoire.

Les caractéristiques de l’arc et des flèches

L’arc peut être traditionnel ou à mécanisme, et les lames des flèches coupantes pour le grand gibier ou de type assommoir pour le petit gibier. Les arcs à mécanismes offrent une plus grande précision de tir grâce à son viseur. L’arc traditionnel est quant à lui adapté aux tirs plus instinctifs. Le choix de la puissance de l’arc se fait en fonction du type de gibier et l’expérience du chasseur. Pour le grand gibier, il faut une puissance d’au moins 45 livres.

On distingue trois types de flèches : en bois, carbone et aluminium. L’arc à mécanisme s’utilise exclusivement avec des flèches en carbone, tandis que l’arc traditionnel s’adapte à tous les types de flèches. Il est à noter que les flèches en carbone sont plus résistantes, plus précises et permettent un vol rectiligne, tout en étant moins chères que les flèches en bois ou en aluminium.

Pour l’arc à mécanisme, il faut un décocheur, un accessoire muni d’une queue de détente et servant à pincer la corde à la place des doigts pour faire partir la flèche à la fin de l’armement. Cet accessoire rend le tir plus aisé et plus précis. Pour l’arc traditionnel, l’utilisation d’un gantelet est conseillée pour protéger les doigts qui entrent en contact avec la corde. Et pour les deux types d’arc, il faut s’équiper d’un protège-bras pour éviter les éventuelles blessures causées par le frottement de la corde au moment de la décoche.

Related posts

Vacances en Tanzanie : ce qu’il ne faut surtout pas rater

Tamby

3 conseils pour un séjour réussi en région Centre

Christophe

Faire des découvertes enrichissantes durant un séjour en Afrique du Sud

sophie

Leave a Comment