200stran.com
Image default
Santé & Bien-être

Entraîner son cerveau pour préférer les aliments sains !

10 mars 2015

Nous savons déjà que nous pouvons entraîner notre cerveau à toutes sortes de choses, celle-là n’est sans doute pas la moins utile… Être enfin débarrassé de l’esclavage (car c’en est un !) d’une addiction comme la nourriture (de la mauvaise nourriture, de surcroit), voilà qui devrait en faire rêver plus d’un et c’est ce qu’aborde l’article ci-dessous, publié en anglais ici.

Cependant il y a évidemment un « hic » ou une restriction pourrions-nous dire : il y faut la volonté et la motivation nécessaires pour s’engager dans cet entraînement, et c’est sans doute cela le plus difficile, suivi de près par le phénomène de sevrage :

Beaucoup de gens préfèrent la malbouffe et l’idée de manger sain manque d’attrait. Une nouvelle étude de la Tufts University montre que le cerveau peut être entraîné à préférer les aliments sains plutôt que la malbouffe. L’étude rapporte que l’addiction aux aliments peut être changée en utilisant un régime qui ne laisse pas les gens affamés. (1)

Des scientifiques ont scanné le centre de l’addiction dans le cerveau chez des hommes et des femmes. Ils ont étudié la partie du cerveau liée à la satisfaction d’une addiction chez 13 hommes et femmes en surpoids et obèses. Huit de ces participants suivaient un programme de perte de poids établi spécialement. (1)

Des aliments riches en fibre, en protéines et pauvres en hydrates de carbone ont permis aux participants de briser leur addiction à la nourriture

L’étude s’est focalisée sur le changement des préférences alimentaires en mangeant une alimentation riche en fibres, en protéines et faible en hydrates de carbone. Quand les cerveaux ont été scannés à la fin de la période de six mois, ceux qui avaient participé au nouveau régime ont montré des changements dans le centre de la satisfaction de leurs cerveaux.(1)

Quand on leur a montré différents types d’aliments, les aliments sains ont activé le centre de satisfaction du cerveau et ont diminué la sensitivité à la malbouffe.(1)

Les résultats des études ont montré une augmentation dans les fringales d’aliments sains. Le Professeur Susan B. Roberts a rapporté « Nous ne démarrons pas dans la vie en adorant les frites, ce conditionnement vient avec le temps en réponse au fait de manger -de façon répétée- ce qui se trouve là dans l’environnement des aliments toxiques. » (3)

Les résultats de l’étude peut permettre aux gens de réussir un contrôle durable sur le poids.

« Il y a beaucoup d’autres recherches à faire, impliquant beaucoup plus de participants, un suivi sur le long terme et l’investigation de plus de centres dans le cerveau. » dit le Prof. Roberts. (1)

« Notre étude montre que ceux qui y ont participé avaient un désir accru d’aliments sains en même temps qu’une préférence moindre pour les aliments malsains » dit le co-auteur Sai Krupa Das, un professeur-assistant à Tufts « les effets combinés de ceux-ci sont probablement critiques pour un contrôle de poids durable.«  (2)

Pour ceux qui désirent perdre du poids ou changer leur alimentation, cette information pourrait aider à encourager les gens à passer à travers les fringales et à éviter la pression des « modes » qui les autorisent à profiter de leurs malbouffes favorites proposées avec moins de calories.

Sources :

(1) www.bbc.com
(2) time.com
(3) www.foxnews.com

A lire aussi

Cancer du cerveau incurable : alimentation végétale, crue, et… rémission

Irene

Tout savoir sur le traitement médical à base de la Fleur cbd

sophie

J’ai mal au cuir chevelu : pourquoi et comment y remédier ?

Tamby

Déodorant naturel ultra-efficace à faire soi-même

Irene

Paris massage : en quoi consiste le massage tantra ?

sophie

Guérir du zona avec l’alimentation crue

Irene